Khartoum, 13 Janvier (SUNA) - Le Chef de la Commission Nationale des Frontières, Dr Maaz Tango, a souligné que les violations éthiopiennes sur les terres Soudanaises avaient commencé depuis 1957 en violation flagrante sur les accords frontaliers historiques entre les deux pays, faisant allusion à l’existence d'anciennes ambitions éthiopiennes pour les terres agricoles Soudanaises.

Dans un briefing qu'il a donné mercredi aux ambassadeurs et aux représentants des organisations internationales accréditées au Soudan sur la position du Soudan concernant les frontières de l’Est avec l'Éthiopie, Dr Tango a dit que les empiétements éthiopiens ont commencé par trois agriculteurs et ont ensuite augmenté à travers l'histoire jusqu'à ce que leur nombre atteigne plus de 10, 000 agriculteurs actuellement.

Il a accusé l'Éthiopie de se soustraire à ses obligations concernant les accords frontaliers conclus depuis 1903.

Il a déclaré que le Soudan possède tous les documents soutenant sa position et sa souveraineté sur les terres qui ont été entré par les Forces Armées Soudanaises.

Tango a souligné la reconnaissance du gouvernement éthiopien sur la solidité de la position du Soudan sur la propriété desdites terres, notant que toutes les réunions du comité conjoint au cours de la période passée n'avaient pas appelé à revoir l'accord des frontières, ajoutant que le gouvernement éthiopien avait reconnu les frontières historiques conformément à la démarcation de Major Guin.

FIN

HA/HA

أخبار ذات صلة