Khartoum, 18 nov. (SUNA) - Le bureau de presse de la police a publié une déclaration sur les incidents de mercredi.

 

 Le communiqué de presse précise que le 17 novembre 2021, plusieurs marches et cortèges ont été lancés dans l'Etat de Khartoum, ce qui avait été annoncé dans les médias il y a quelques jours pour protester contre les décisions du 25 octobre 2021.

 

Le communiqué ajoute que la police s'est acquittée de son devoir de sécurisation des institutions de l'État et des foules de manifestants, comme d'habitude lors de tels incidents, mais qu'elle a été confrontée à des violences injustifiées envers son personnel et ses véhicules, un camion ayant été incendié et son contenu pillé, en plus à la destruction complète de (3) patrouilles dans les localités de Khartoum, Jabal Awliya et Umbada.

 

Malgré cela, la police a utilisé une force minimale et des gaz lacrymogènes et n'a jamais utilisé d'arme à feu, indique le communiqué, ajoutant qu'en examinant tous les services de police et leurs dossiers dans l'État, ils ont découvert qu'il y avait un cas de décès d'un citoyen dans la localité de Bahri/Khartoum Nord, où des procédures judiciaires ont été engagées au commissariat de police d'Al-Safia, en plus des blessures de (89) des policiers, certains d'entre eux grièvement, ajoutant qu'ils ont découvert que (30) citoyens ont été blessés à la suite de gaz lacrymogènes.

 

Le communiqué indique que les forces de police affirment leur souci de s'acquitter de leur devoir légal de protéger la sécurité et la paix de la communauté, quels que soient les sacrifices que cela peut leur coûter.

 

Osmn

 

أخبار ذات صلة