Khartoum, 22 Nov. (SUNA) - La Troïka (Norvège, Royaume-Uni et États-Unis), l'Union européenne, la Suisse et le Canada ont salué dimanche l'accord politique qui a été signé entre le Dr Abdallah Hamdouk et le président de Conseil Transitoire de souveraineté, le Lt-Gen. Abdel-Fattah Al-Burhan, pour réintégrer le Dr Abdallah Hamdouk en tant que Premier ministre d'un gouvernement de transition dirigé par des civils, en attendant les élections.

 

Ils ont affirmé dans un communiqué de presse, dont une copie a été reçue par la SUNA, qu'ils sont encouragés par l'engagement renouvelé en faveur de la Déclaration constitutionnelle de 2019 comme base de la transition vers la démocratie.

 

Ci-dessous, SUNA publie une traduction du texte de la déclaration : -

 

« Déclaration de la Troïka, de l'Union européenne, de la Suisse et du Canada

             La Troïka (Norvège, Royaume-Uni et États-Unis), l'Union européenne, la Suisse et le Canada se félicitent de l'accord visant à réintégrer le Dr Abdalla Hamdouk en tant que Premier ministre d'un gouvernement de transition dirigé par des civils, en attendant les élections. Nous sommes encouragés par l'engagement renouvelé envers la Déclaration constitutionnelle de 2019 comme base de la transition vers la démocratie. Nous nous félicitons de la libération de l'assignation à résidence du Dr Hamdouk, mais demandons instamment la libération immédiate de tous les autres détenus politiques, non seulement à Khartoum mais dans toutes les régions du pays.

Ce sont toutes des étapes cruciales vers la restauration de la transition, de l'ordre constitutionnel et de l'état de droit au Soudan. Nous réitérons notre solidarité avec le peuple soudanais et notre soutien à une transition réussie menant à un Soudan libre, démocratique, juste et pacifique. Il est essentiel que les prochaines étapes répondent aux aspirations de la population, notamment par le biais d'une approche véritablement inclusive et consultative pour la mise en place des institutions de transition restantes.

Nous continuons de regretter et de condamner les pertes en vies humaines, les violences et les violations des droits de l'homme qui ont eu lieu depuis le 25 octobre. Des dizaines de manifestants ont été tués et des centaines blessés ou détenus arbitrairement. Des professionnels de la santé ont été empêchés d'exercer leurs fonctions et des journalistes ont été agressés.

Nous nous félicitons de l'engagement d'enquêter sur les décès et les blessures parmi les manifestants, et demandons que cette enquête soit approfondie, indépendante et transparente. Il demeure essentiel que le peuple soudanais soit autorisé à exprimer pacifiquement ses opinions, à l'abri de la violence ou de la menace de celle-ci.

Nos pensées et nos condoléances vont aux familles et aux amis de ceux qui ont perdu la vie en cherchant à défendre leurs droits.

Osmn

 

أخبار ذات صلة