Khartoum, 1er Juillet (SUNA) - La police de l'État de Khartoum a publié hier soir un communiqué sur les incidents qui ont accompagné les processions qui ont eu lieu dans l'État de Khartoum le 30 Juin, soulignant son souci de s'acquitter de son devoir de protéger tout le monde.

Le communiqué a indiqué que les processions se sont déroulées comme prévu le 30 Juin, selon les invitations annoncées sur les médias sociaux, alors que leurs rassemblements ont commencé à neuf heures du matin.

Le texte a souligné que les manifestants se sont déplacés et sont entrés en collision avec des barrières de sécurité à Sharoni, Abu Anja, Mak Nimr et Mansheya, en violation les décisions du Comité de coordination de sécurité dans l'État.

"Les troupes ont répondu avec des gaz lacrymogènes et des canons à eau. Une organisation appelée les Rois des Affrontements et de Colère Sans frontières a attaqué les forces et détruit les véhicules à jet d'eau à la vue de tous (de manière suicidaire en escaladant les wagons) et a mis le feu aux arbres dans les jardins et les parcs à l'est du pont  du Nil Blanc, à côté des hôtels et de la mosquée”, a dit le communiqué.

Le texte a poursuivi en disant ”Un certain nombre d'accusés ont été arrêtés et des plaintes ont été ouvertes en vertu des articles 77/69/182/139 du Code Pénal”.

Il a révélé que les blessés étaient 96 de la police et 129 des forces armées, dont certains grièvement blessés, ajoutant qu'il existe des informations sur la mort de 6 personnes. Aucun rapport n'a été reçu des départements de police de l'État

Les forces de police affirment leur souci d’assumer leur devoir pour protéger tout le monde et saluent la réponse du Procureur Général et du Ministre de la Justice en désignant des conseillers et des procureurs de haut niveau comme observateurs en les accompagnant auprès des forces durant les événements, ils sont témoins de ce qui s'est passé.

FIN

HA/HA

أخبار ذات صلة